L’intervention systémique


Cette approche s'inscrit dans le courant des théories systémiques.
Elle porte son regard sur l'inter - action plutôt que sur l'intra – psychique, sur le comment plutôt que le pourquoi.
Elle considère le symptôme comme l'expression d'une difficulté d'ajustement à l'intérieur du système, et / ou avec l'environnement. Elle permet donc un regard particulièrement ajusté aux champs institutionnels, éducatifs, sanitaires et sociaux.
 La thérapie systémique est largement issue des recherches de l’école de Palo Alto en Californie, dans les années 1950-1970 et particulièrement des travaux de Gregory Bateson, Paul Watzlawick, Don Jackson, Jay Haley, Richard Weackland, portant notamment sur la communication et le changement.
     Elle a également été influencée par deux grands courants de la psychanalyse : le premier étant celui de la psychanalyse d’enfant avec la prise en compte des relations familiales (Anna Freud) et le second, celui de l’orientation culturaliste de la psychanalyse post-freudienne (Fromm, Sullivan).
     Cette méthode de psychothérapie est fondée sur la notion de système considéré comme un « ensemble d’éléments en interaction dans la poursuite d’une ou plusieurs finalités spécifiques ». Une cellule, une personne, une famille une entreprise constituent autant de systèmes.
     Le psychothérapeute systémique ne s’attache donc pas tant à rechercher dans l’histoire, le passé et les processus intrapsychiques du patient les causes de ses dysfonctionnements actuels qu’à susciter un changement dans « l’ici et maintenant » étant entendu que tout changement (portant par exemple sur un comportement précis) entraîne un ensemble de modifications en chaîne.
     La psychothérapie familiale, dont Mony Elkaïm est un des principaux représentants, constitue aujourd'hui une des applications les plus répandues de ces principes.
     La famille est considérée comme une unité, un système et le patient comme le porteur de symptômes du système familial. Il s’agit alors d’appréhender la fonction du symptôme à l’intérieur du groupe, de comprendre en quoi, notamment, il protège son équilibre global (place de chacun, répartition des rôles et des tâches, existence de sous systèmes, frontière entre générations…).
     Le processus psychothérapeutique vise à rompre avec ce cercle vicieux. Dans cet objectif, la psychothérapie systémique insiste donc sur l’importance des règles qui régissent les interactions des membres de la famille afin d’agir dessus pour les modifier.
     Le psychothérapeute est actif et peut proposer des actions sous la forme d’injonctions thérapeutiques, de prescriptions, de tâches comportementales, de recadrages visant à agir et à modifier la perception d’une situation. Le processus se déroule sous la forme d’entretiens collectifs impliquant souvent deux thérapeutes et un nombre de séances fixé au départ. (article de Benoît Mélet, FF2P)

Le cycle de la vie familiale

Les familles évoluent au cours du temps selon un processus dont les perturbations entraînent, chez les êtres humains qui constituent ces familles, l’apparition de bouleversements et de symptômes psychiatriques.

Le symptôme est le signe qui indique qu’une famille éprouve des difficultés à franchir une étape du cycle. L’objectif est donc de résoudre les problèmes familiaux pour remettre le cycle en marche.

Un symptôme ne peut être guéri que si l’on provoque un changement fondamental dans la situation sociale de la personne, afin que celle-ci ait toute latitude de se développer et de s’épanouir.


Principaux cycles de vie :

Un système familial peut en effet vivre différents stades de développement, différents cycles de vie : la formation du couple, la naissance des enfants, la période de l’adolescence, le départ des enfants, le vieillissement...  Chaque nouvelle étape demande des changements au sein des relations entre les membres.  Des réajustements doivent être faits.  Certains systèmes plus rigides vivent difficilement ces périodes de transition et ne trouvent pas une réponse adéquate face à l’exigence de changements.  C’est souvent à ce moment que des symptômes peuvent apparaître chez un des membres de la famille. 

 

  • L’époque des rituels de séduction :
A la fin de l’adolescence, le jeune rencontre une période déterminée, heureusement relativement longue, pendant laquelle il doit prendre sa place dans la société, se situer par rapport aux autres et se choisir un compagnon ou une compagne.

En ce qui concerne les rituels de séduction, il y a un facteur temps et un facteur risque. Plus le jeune tarde à adopter ce comportement, plus il risque d’être marginal. Le poids de la famille est aussi très important dans le choix d’un partenaire.

 

  • Le mariage et ses conséquences :

La cérémonie du mariage est très importante, non seulement pour le jeune couple, mais aussi pour toute la famille, car elle change la nature des relations.

Ce que l’on attend du mariage est souvent une illusion fort éloignée de la réalité. En général, le mariage consiste en un accord entre deux jeunes gens qui prennent l’un envers l’autre un engagement pour la vie. Quand le couple débute dans sa vie commune, les deux conjoints doivent mettre au point un certain nombre d’accords que l’intimité de deux personnes vivant ensemble rend indispensables. Ils doivent aussi apprendre à régler leurs différends. Au début, ça se présente sous la forme de disputes, puis avec le temps, ils mettent au point des moyens de régler les désaccords et de résoudre les problèmes. Individuellement, il faut passer d’un état de dépendance vis-à-vis de ses propres parents à une relation d’adulte indépendant et se comporter différemment envers ceux-ci.

L’art, pour un jeune couple, consiste donc à faire respecter son indépendance tout en maintenant des liens affectifs avec ses proches.


  • La naissance des enfants et l’art de les élever :

La naissance d’un enfant remet en cause un très grand nombre d’accommodements divers qui avaient cours jusqu’alors dans le système familial. L’effet consiste en une relation triangulaire. Les difficultés que rencontre le couple sont alors vécues par le biais de l’enfant, lequel devient bouc émissaire.

La naissance d’un enfant entraîne la rencontre de deux familles, ce qui implique de nouvelles négociations, de nouvelles querelles. L’autonomie du jeune couple est accentuée par rapport à la famille, mais son engagement dans le système familial est renforcé. Le plaisir d’élever des enfants est souvent contrebalancé par le stress dû à la complexité des problèmes dans lesquels les parents sont perpétuellement plongés. La jeune mère peut être frustrée car coupée du monde des adultes. Une crise peut survenir dans des familles en proie à des difficultés, lorsque le jeune enfant doit aller à l’école. Les conflits opposant les parents sur la manière d’élever les enfants deviennent plus évidents lorsque le résultat de leur éducation est exposé aux regards. Durant cette période, le problème le plus souvent rencontré, se pose lorsque l’un des parents se ligue régulièrement avec un enfant contre l’autre parent. Dans les familles monoparentales, cette triangulation peut se faire avec l’un des grands-parents, la grand-mère par exemple.

 

  • Les difficultés conjugales de l’époque de la maturité

Au fur et à mesure que les enfants grandissent, les relations se modifient au sein de la famille, ce qui entraîne une perpétuelle remise en question des relations entre mari et femme qui, dans ce cycle de leur existence, parviennent à leurs années de maturité. Les relations s’approfondissent et s’enrichissent et il existe des rapports stables avec la famille et un cercle d’amis proches. Les conflits surviennent en cas de trop grande ou de non suffisante réussite professionnelle du mari. Il en est de même lorsque l’épouse éprouve le besoin d’introduire des changements dans son existence, comme par exemple de reprendre une activité professionnelle.

Durant cette période, le couple peut être amené à décider de rester uni ou de se séparer. Un enfant ou l’un des parents peut manifester des symptômes dans le but de stabiliser le système.

 

  • Comment sevrer les parents de leurs enfants ?

Toutes les familles entrent dans une période de crise lorsque les enfants commencent à avoir des activités à l’extérieur. Le couple franchit cette étape avec succès lorsqu’il parvient à résoudre ces conflits et à faire en sorte de permettre aux enfants de choisir seuls leurs partenaires et leur métier. C’est la transition nécessaire pour se séparer de leurs enfants et pouvoir devenir des grands-parents. Si ça ne se passe pas bien, les parents peuvent découvrir qu’ils n’ont rien à se dire et rien à partager car, depuis des années, ils ne parlaient de rien sauf des enfants. Le conflit peut se terminer par une séparation ou un divorce.

La schizophrénie d’un enfant pourrait être un moyen extrême utilisé pour tenter de résoudre ses problèmes, l’enfant devant rester à la maison et les parents continuer de s’occuper de lui. En définitive, les parents doivent apprendre l’art d’être de bons grands-parents et organiser harmonieusement leur existence dans une maisonnée où ils ne sont plus que tous les deux.

 

  • La retraite et la vieillesse :

A l’heure de la retraite, mari et femme se retrouvent pratiquement ensemble 24 heures sur 24. Celui qui cesse son activité professionnelle peut se sentir tout à coup inutile, l’autre peut devenir malade pour lui donner une utilité. Lorsque le couple devient très âgé, la famille doit affronter le terrible dilemme de s’occuper du vieillard ou de lui trouver un établissement.

 
 

Liens :

http://www.forsyfa.com/

Articles :

Doc sur la systémie
Travailler en couple

Bibliographie

Sur les couples :

  • Un et un font trois – Philippe CAILLÉ – Editions Fabert
  • Crises de couple  – Cahiers critiques de thérapie familiale et de pratique de réseaux – De Boeck Université
  • L'irrationnel dans le couple et la famille – Robert NEUBURGER – ESF
  • Le mythe familial  – Robert NEUBURGER – ESF
  • Nouveaux couples  – Robert NEUBURGER – Odile Jacob
  • Thérapie du couple et de la famille  – Virginia SATIR – Desclée de Brouwer
  • Les objets flottants  – Philippe CAILLÉ et Yveline REY – Editions Fabert
  • L'approche contextuelle  – Guenièvre SHAMS AJILI et Pierre MICHARD – Essentialis
  • Du côté de chez soi  – Magda HEIREMAN – ESF
  • Le casse-tête conjugal – Paul NORMAN – Erès
  • Vivre sans violences ?  – Michel SILVESTRE et Micheline CHRISTEN – Erès

HYPNOSE ERICKSONIENNE ET PNL

  • BANDLER R, GRINDER J - Les secrets de la communication - PUF. 1994.
  • ERICKSON M.H. - L'hypnose thérapeutique - ESF., Paris, 1986.
  • ERICKSON M H - Ma voix t'accompagnera - Hommes et groupes, Paris. 1986
  • HALEY J. - Milton Erickson : un thérapeute hors du commun - Epi, Paris, 1984.
  • KEROUAC M. - La métaphore thérapeutique et ses contes, Etudes Ericksoniennes - MKR Editions, Canada, 1996.

INTRODUCTION A LA PENSEE SYSTEMIQUE
(THEORIE DES SYSTEMES, DE LA COMMUNICATION, DE LA COMPLEXITE)

  •     BATESON G. - Vers une écologie de l'esprit, 2 tomes - Seuil, Paris, 1977.
  •     BATESON G. - La nature et la pensée - Seuil, 1984.
  •     BATESON G, RUESCH J - Communication et société - Seuil, 1988.
  •     BERTALANFFY L.V. - Théorie Générale des Systèmes - Dunod, Paris, 1973.
  •     BERTALANFFY L.V. - Des robots, des esprits et des hommes - ESF, Paris. 1982.
  •     CAPLOW T. - Deux contre un - ESF, Paris, 1984
  •     DURAND D. - La systémique – PUF, Que sais-je?, 1979.
  •     DE ROSNAY J. - Le macroscope - Le Seuil, Paris, 1975.
  •     LAPIERRE J.W. - L’analyse des systèmes, l’application aux sciences sociales - Syros, Paris, 1992.
  •     LE MOIGNE J.-L. - La modélisation des systèmes complexes - Dunod, Paris, 1990.
  •     LE MOIGNE J.-L. - La Théorie du système général - PUF, Paris. 1977.
  •     LE MOIGNE J.-L. - Les systèmes de décision dans les organisations - PUF, Paris, 1974.
  •     LE MOIGNE J.L - Les systèmes d'information dans les organisations - PUF, Paris, 1974.
  •     LUGAN J.C. - La systémique sociale – PUF, Que sais-je ?, 1993
  •     MORIN E. - Introduction à la pensée complexe - ESF, Paris, 1990.
  •     PAUZE R. - Grégory Bateson, itinéraire d'un chercheur - Erès, Paris, 1996.
  •     WALLISER B. - Systèmes et modèles, Introduction critique à l’analyse de systèmes - Seuil, 1977.
  •     WATZLAWICK P. - La réalité de la réalité - Seuil, Paris, 1978.
  •     WATZLAWICK P. (sous la direction de) - L'invention de la réalité – Seuil, Paris, 1988.
 
 



Créer un site
Créer un site